sgvmineralPour sa dernière campagne de communication, le SGV Champagne met en avant la diversité des vignerons via des mises en scène « décalées ». Menée par l’agence parisienne GAD, cette campagne présente six portraits de vigneronnes et vignerons avec l’objectif de « faire ressortir leur trait de caractère singulier ». Sur chaque portrait, un détail inattendu (cacatoès, escargot, imperméable) a été choisi, qui casse les codes plus traditionnels du champagne. Cette campagne qui met en scène des « personnages » identitaires n'aurait sans doute pas été possible sans le précédent de la campagne du CIVB, validée après des années de bataille judiciaire contre Addiction France (ex-Anpaa), au motif que l'on pouvait être professionnel du vin et photogénique. Après la première vague d’affichage de fin juin-début juillet, la seconde sera visible en septembre. Deux vagues de 3 semaines d’affichage sont également prévues sur les vitrines de 327 caves (167 en juin et 160 en septembre), ainsi qu’un dispositif digital sur Facebook et Instagram. Enfin, en novembre et décembre, un plan presse sera déployé dans plusieurs magazines comme L’Équipe Magazine, Le Point ou encore Society.

Le défi de l’emballage durable pour les vins et spiritueux

Vin en vrac, bouteille en verre allégée, vin en BIB, bouteille papier, consigne ou encore réutilisation de n’importe quelle bouteille pour la recharger : les initiatives se multiplient pour rendre l’emballage des V&S le plus durable possible. Mais le défi reste entier : il faut convaincre, voire convertir le consommateur pour l’amener à changer ses habitudes. Retour sur la table ronde consacrée au packaging qui s’est tenue dans le cadre du symposium « Act for change », organisé par Vinexposium à Bordeaux le 20 juin dernier.

iStock 145834252

Une version de cette enquête au format pdf est téléchargeable en rubrique V&S Publications (gratuit pour les abonnés)

Le Crédit agricole Alpes-Provence note la santé financière des metteurs en marché

Président du conseil d’administration du Crédit agricole Alpes-Provence (13, 84, 05), Franck Alexandre assure que la situation financière de 80% à 90% des entreprises viticoles de la vallée du Rhône demeure saine, même si leurs dirigeants restent très prudents face à l’avenir. Un attentisme qui pourrait impacter l’investissement à court terme et la qualité des produits à moyen terme.

bande522

Une version de cette enquête au format pdf est téléchargeable en rubrique V&S Publications (gratuit pour les abonnés)

Group:1