une369 3Alors qu’à Bordeaux on s’inquiète sérieusement de l’atonie des sorties de chais, qu’un très grand metteur en marché estime le recul des ventes de vins français à -5% en 2018 – France et export confondus, que la Champagne pronostiquait déjà un recul de 2% de ses ventes en volume avant de connaître l’impact de la crise « gilet jaunes », voici que les expéditions de cognac montrent des signes inquiétants. Certes, sur l'année mobile à fin novembre 2018, elles progressent de 2,2% à 203 M d’équivalent bouteilles pour un CA de 3,1 Md€, mais le rythme de croissance marque le pas comparé au printemps dernier (+12,7% en volume). L’Amérique et l’Asie continuent leur progression (+4% et +5,2%) pendant que les ventes en Europe, qui semblaient pourtant amorcer une reprise en 2017 grâce à la Russie, chutent à nouveau (-7,7%). Au-delà de l’année mobile, sur le seul mois de novembre 2018, les expéditions de cognac ont décroché de 18,5% par rapport à novembre 2017, avec -14% pour les ventes de V&S (48,9% du cognac vendu dans le monde en cumul annuel mobile). Sur ce mois de novembre, toutes les zones géographiques sont dans le rouge. Les données mensuelles sont toutefois à prendre avec prudence : les chiffres de décembre devraient confirmer – ou pas – une quatrième année consécutive de croissance pour le cognac.

La fin des « super-promos », un sujet « super-sensible » pour les V&S

Une bouteille de champagne au prix plancher de 5,99 € dans les supermarchés Casino, 40% de remise pour l’achat d’un litre de Pastis Duval ou deux litres de scotch Sir Edward’s chez Carrefour Market… À compter de 2019, les enseignes de la grande distribution vont devoir lever le pied sur les « prix sacrifiés » et en finir avec les remises du type « une bouteille offerte pour une bouteille achetée ».

bande370

Une version de cette enquête au format pdf est téléchargeable en rubrique V&S Documentation (gratuit pour les abonnés)

Carrefour et le CIVB testent un nouveau concept de rayon vins à Carrefour Mérignac

Rien de révolutionnaire dans les allées du rayon vins de l’hypermarché Carrefour de Mérignac, réaménagé depuis un mois. Le concept élaboré par l’enseigne, le CIVB et la société One Buy One est pourtant nouveau. Il augure des nouvelles pistes explorées par la grande distribution pour relancer les ventes, dans un contexte où la baisse de la consommation est chronique avec -12 l par habitant en 10 ans. « 15% des consommateurs se disent connaisseurs, mais, de fait, moins d’un tiers d’entre eux l'est réellement. Les autres décrochent dès qu’on leur pose trois questions précises sur le vin et son environnement », insiste Luc Joubert fondateur de la société One Buy One.
bande369

Une version de cette enquête au format pdf est téléchargeable en rubrique V&S Documentation (gratuit pour les abonnés)

Group:1