une302Les Caves de la Loire, groupe Loire Propriétés, la Coopérative Agricole du Pays de Loire et la société Jaillance ont racheté les sociétés SV-Pé et Marcel Louet, spécialisées dans l'activité de prestations de méthode traditionnelle, réalisées pour l'essentiel auprès de vignerons du Val de Loire, depuis le Nantais jusqu'à la Touraine en passant par l'Anjou et le Saumurois. Elles disposent de plusieurs sites d'élaboration, de stockage et de vinification situés à Puy-Notre-Dame (49), Vouvray (37), Rochecorbon (37) et Bourré (41). Ces prestations d'élaboration peuvent être réalisées sur les sites des sociétés ou directement chez les vignerons grâce à des unités mobiles. Elles élaborent chaque année environ 4 M de bouteilles en méthode traditionnelle en AOP crémant de Loire, saumur, vouvray, touraine et anjou, comme en mousseux de qualité, tels que les Fines Bulles Nantaises. Selon les partenaires, « cette opportunité ouvre des horizons nouveaux au groupe Loire Propriétés pour ce qui concerne le développement de ses marques et châteaux en bulles de la Loire », sachant que le groupe coopératif commercialise, à date, 0,5 M de cols de vins effervescents sur plus de 16 M de bouteilles, alors qu'il est producteur de 20 000 hl de vins de base pour effervescents. Quant à Jaillance, cet investissement lui permettra « à terme, de mettre en avant une gamme complète de fines bulles, avec l'arrivée prochaine à son catalogue d'une gamme complémentaire de vins effervescents de la Loire (crémant de Loire, saumur, vouvray) à sa marque ». Quant à la CAPL, elle « consolide son offre commerciale de prestations auprès des viticulteurs du Val de Loire, cœur de métier de SV-Pé et Louet, dont le développement sera poursuivi ».

Les vins IGP en mode offensif

En congrès à Nîmes les 7 et 8 juin derniers, la Confédération des vins IGP de France a annoncé se lancer dans une réflexion sur la mise en place d’une communication nationale.
bande2

Une version de cette enquête au format pdf est téléchargeable en rubrique V&S Documentation (gratuit pour les abonnés)

Les vins étrangers font plus que frémir en France

La part des vins étrangers dans le chiffre d’affaires du rayon vins en GMS a très longtemps oscillé aux alentours de 2%. Ce n’est plus le cas et, en CAM à P13, leur part de marché atteint désormais 7% en volume et 4% en valeur (source IRI). Certes, les importations de vins espagnols bon marché sont largement responsables de ce bond, mais les vins proposés à plus de 3 € la bouteille ont frôlé les 100 000 hl en 2016 (97 350 hl, +3,5% pour un montant de 46,7 M€ (+6,4%), soit un prix moyen de 4,79 €, contre 4,66 € il y a un an).
bande303

Une version de cette enquête au format pdf est téléchargeable en rubrique V&S Documentation (gratuit pour les abonnés)

Group:1